Rechercher

L’EMPECHEUR DE TOURNER EN ROND - Texte Claude FONTE

Mis à jour : avr. 18




Ne tournons pas autour du pot et observons un empêcheur de tourner en rond. Tout le monde en connaît au moins un.A ce stade, on constate qu’il peut être du genre masculin ou féminin. Il ou elle se reconnait facilement par sa constante appétence à rester bloqué(e) dans une situation où l’on n’arrive pas à trouver l’issue, troublant aussi, parfois, des moments de convivialité. Cette personne présenterait donc peu d’ouverture d’esprit et de faibles capacités à vivre au sein d’un groupe d’homo sapiens-sapien. Rien n’est moins sûr, car plaçons ce « perturbateur » au sein d'un groupe de travail chargé de produire des idées novatrices, et vous verrez alors notre empêcheur de tourner en rond se transformer en éclaireur ; cette qualité pourrait être un bel apport pour ce qui concerne la recherche scientifique. Je pense notamment à la résolution du questionnement sur la nature de la matière noire et de l’énergie grise qui composeraient la partie manquante de la matière nécessaire pour que les choses tournent rond selon nos concepts actuels ; lesquels relient, gravitation et masse de la matière pour expliquer la révolution des planètes et des galaxies. Peut-être que la clé de ces énigmes est détenue par un empêcheur de tourner en rond éclairé qui, à coup sûr, obtiendrait le prix Nobel de physique ; mais cela est une autre histoire, affaire à suivre…

Dans la population des empêcheurs de tourner en rond, la ressource humaine est abondante dans sa diversité sociale ou culturelle ; chacun de nous côtoie au moins un empêcheur de tourner en rond ; pour ce qui me concerne, je pense, en toute modestie, mais la modestie n’est pas mon point fort, avoir été fréquemment un de ceux-là, lorsque nous devions dans le cadre professionnel, imaginer collectivement de nouvelles normes et concepts destinés à améliorer le fonctionnement de nos pratiques.

Cernons le profil de l’empêcheur de tourner en rond ; nous avons identifié chez lui des capacités à haut potentiel de créativité, fruits de son fonctionnement intellectuel sans cesse tourné vers la remise en cause des dogmes et des idées reçues, insensible à la petite musique du « on ne peut pas faire autrement» souvent diffusée par les cercles du pouvoir économique ou politique. Il serait bénéfique pour la société de valoriser ces talents dans les domaines suivants : Le bénévolat pour en assurer l’efficacité ; les arts pour les faire apprécier par le plus grand nombre ; la politique, et oui, pour que celle-ci soit plus orientée vers l’horizontalité… Les activités professionnelles pour faire avancer le chmilblik. Une amie m’a suggéré qu’il serait bien que cette personne exerçât la profession d’allumeur de réverbères. Je fus de prime abord très dubitatif quant au bien- fondé de cette idée, car ce métier exercé autrefois a disparu depuis belle lurette, victime des vagues d’innovations successives qui ont fleuri au cours des siècles précédents. Réflexion faite, il serait possible de réhabiliter ce métier à condition d’y intégrer les apports de nos technologies actuelles, ceci afin de créer une nouvelle génération de réverbères ayant un profil mieux intégré à l’espace urbain ; moins gourmands en énergie, producteurs de leur propre consommation. Ce dispositif s’intégrerait parfaitement dans le cadre de la protection de notre environnement. Tel est le challenge fixé à ce futur ex métier dont la pérennité serait assurée par des activités de maintenance ; en effet, l’autonomie d’un tel dispositif ; situé dans un environnement urbain soumis aux aléas climatiques et aux pollutions nécessite des contrôles périodiques ou le remplacement des organes les plus fragiles qui sont souvent des produits issus de la haute technologie. (automates programmables). D’autres horizons peuvent s’ouvrir aux empêcheurs de tourner en rond ; en effet, leurs fortes capacités à exceller dans de nombreux domaines peuvent les conduire à exercer leurs talents dans des activités proches de la nature. Il est permis d’imaginer ceux-ci réincarnés en lucioles, diffusant leurs lumières vertes au sein des espaces naturels.Quel tableau alors ; des lucioles balisant par leur éclairage les champs herbus lors des chaudes nuits d’été, dans le concert du chant des grillons et des cigales ; on touche là à une certaine poésie qui serait très appréciée des amoureux du ciel étoilé. Eclairer la voûte céleste, cette activité renforcerait la performance de tous les télescopes utilisés par les astrophysiciens ; avec pour résultats d’augmenter le niveau de nos connaissances sur le fonctionnement de l’infiniment grand. Tout cela est fort bien, mais encore faudrait-il que la météorologie terrestre ne vienne pas gâcher ce beau projet ; alors faisons encore confiance à tous les empêcheurs de tourner en rond qui, ensemble, trouveront bien une solution adaptée à ce problème. Chacun de nous possède des qualités propres aux empêcheurs de tourner en rond, alors pourquoi nous en priver ? Souvent par retenue ou par respect de la bienséance. Cela est dommageable au progrès, et au bout du compte à la démocratie. Le niveau de ces enjeux requiert la mobilisation de tous les empêcheurs de tourner en rond qui deviendraient des facilitateurs du mieux vivre ensemble.


Claude FONTE, le 16/04/20


20 vues
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now