Rechercher

L'ENCHANTEUR DES BULLES DE SAVON - Michèle FONTE




Je me souviens, quand j’étais petite, avec mes sœurs, nous avions la chance d’aller passer nos vacances dans notre maison de campagne avec maman à Mont-Saint-Père.

Notre maison se situait au fond d’une cour commune.

Deux mois et demi de vacances à la campagne, quelle chance ! Le parfum des roses, de l’herbe fraîchement tondue, le chant des oiseaux le matin, les couchers de soleil ont participé à notre amour pour la nature.

Parfois, nous tournions en rond ne sachant plus quoi faire de nos dix doigts. Enervant pour notre mère, « Arrêtez d’être dans mes pattes !" Nous disait-elle.



Photographie Ema Spencer



C’est l’heure du goûter, c’est l’heure du goûter !

Toutes les trois, la grande, la moyenne et la petite, nous nous accoudions sur le rebord de la fenêtre, impatientes. Pain morceaux de sucre ou Pain beurre chocolat râpé ou Pain confiture selon les jours, était dévoré en un rien de temps.

Qu’est-ce que nous pourrions faire ? Et si vous faisiez des bulles de savon ?

Je me souviens que mon cœur bondissait de joie. Une joie qui m’envahit encore aujourd’hui quand je vois mes petits enfants en faire avec des kits sophistiqués. Comme ils sont heureux.

Je franchissais la grande porte blanche à deux battants, porte qu'il nous était interdit de franchir sans autorisation. Et j’allais choisir La Paille sans nœud, La Paille avec une odeur dorée, la plus belle, la plus longue.

Mitoyens à l'écurie, deux anciens toits à cochon remplis de ballots de paille. Je tirai une paille d’un blond magnifique, toute lisse, parfaite pour faire des bulles.

Je courais à la maison pour récupérer mon verre où maman m’avait préparé un mélange d’eau avec des paillettes de savon de Marseille. Elle le posait sur le bord de la fenêtre à l’extérieur. Chacune avait son verre.

Et là, merveille, les bulles s’élançaient au dessus de ma tête, chatoyantes, puis éclataient parfois plus vite que leur ombres. Quand je soufflais trop fort, une myriade de petites bulles jaillissait multicolores.

Parfois l’enthousiasme aidant, j’aspirais au lieu de souffler, souvenir du goût du savon, c’était bon.

Bulles de savon

Sentir les ballots de paille dans les toits à cochons de Léone

La choisir sans nœud, belle, translucide, longue

Les pailles dans les paillettes de savon

Puis souffler délicatement au soleil

Profiter des couleurs multicolores

et de l’envol de la bulle avant qu’elle ne pschitt au visage

J’aime à penser aujourd’hui qu’un inventeur enchanteur trouverait une solution pour que les bulles de savon ne soient plus éphémères mais durables jusqu’à leurs destinataires.

Je rêve de pouvoir destiner une bulle à chaque âme partie rejoindre la voie lactée. Il faut bien que les milliards d’étoiles servent à quelque chose !

Une bulle avec nos rires pour mon père

Une bulle avec une coupe de champagne pour ma mère

Une bulle avec une gaufrette amusante pour ma grand-mère Germaine

Une bulle avec une page de roman photo de Nous Deux pour ma grand-mère Rosalie

Une bulle avec un bonbon au miel pour ma belle-mère Fernande

Une bulle avec un lys blanc odorant pour ma sœur Françoise

Une bulle avec du mimosa pour André

des bulles avec un mot doux, un poème de Prévert Immense et Rouge, une photo de la famille au complet, Y’a de la joie de Charles Trenet, une fragrance de jasmin, le chant du rossignol, les premières notes des Variations de Goldberg par Glenn Gould, un mot : A bientôt.

Paille sans nœud

Paillettes de savon

Souffler

Michèle FONTE, 17 avril 2020

31 vues1 commentaire
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now