Rechercher

L'HOMOISEAU - Texte Michèle FONTE

Mis à jour : mai 22



Kasasagi n'en peut plus de ce charivari. Il ne supporte plus les bruits de cette humanité en cage.


Les klaxons des ambulances, de la police, les moteurs qui ronflent, les sonneries de téléphone, les paroles pour ne rien dire, le crissement des rames de métro, les décibels des motos. Les mômes qui chialent, les parents qui hurlent.

Comment être heureux ? Il est nostalgique de son enfance. Depuis qu'il est petit, il rêve d'habiter dans un chêne. Il en a fait des cabanes avec ses amis. Une occupation de plusieurs années de vacances d'été. Leur chef, Homme des bois comme ils le surnommaient. Décision commune de l'emplacement, couper des troncs d'arbres, dresser un tipie assez grand pour y entrer et s'y assoir à deux, à trois, un foyer pour cuire un lapin. Dans la petite clairière, devant le tipie ils ont posé une table, deux troncs croisés aux extrémités, puis un plancher à hauteur d'homme pour y manger. Deux bancs.Un établi pour ranger les outils, pour que tout le monde s'y retrouve. Un totem surmonté d'un squelette de tête de cheval gravé aux emblèmes de chacun.Une fleur de cerisier, un tête de mort, une hache, un brin de muguet.


Kasasagi prend conscience que cette vie impétueuse ne lui correspond plus ; lui, l'ornithologue de réputation mondiale. Il décide de partir de ce brouhaha incessant. En a-t-il la possibilité ? Il s'assoit sur un banc dans le parc Montsouris, loin du guignol, loin des balançoires, loin du lac où les joggers s'agglutinent. Il rêve, part et devient invisible comme son ange gardien. Une maison dans les arbres, difficile, trop de manutention. Alors lui vient une idée d'évasion unique,se fondre parmi les oiseaux qu'il connaît si bien. Et s'il partageait son amour de leurs chants avec les autres, afin de les rendre plus humains, plus proche de la nature qui les entoure en redécouvrant les bonheurs simples ?


Il trouve un chêne remarquable de cinq cents ans au milieu d'une grande forêt. Il a besoin des rayons du soleil pour s'élever au cœur des branches maîtresses. Un choix de roi, aux dires des pies bavardes qui sont des bâtisseuses de renom. Il les connaît bien et elles aussi. A plusieurs reprises, il est venu compter les œufs, mettre une caméra dans leur nid. Elles lui apportent des grosses brindilles de bois. Kasasagi les enchevêtre et progressivement le nid s'arrondit et s'élève. Il a déposé ses chaussures en bas du chêne afin de ne pas salir le fond tapissé de fines herbes et d'une feuille de laurier pour se prémunir des maladies.


Grâce au soleil, de temps en temps, il part se nicher au cœur des arbres fleuris en se laissant porter par la beauté du ciel. Son fantasme peut se réaliser. Il a avec lui son smarphone, un carnet et un crayon de mine. Avril habille les arbres de leur feuillage vert tendre. Il reste en éveil et décide d'enregistrer le chant des oiseaux. Du loriot au rossignol, à la huppe, à la grive musicienne, au roitelet si petit avec sa queue redressée, au coucou, à la chouette hulotte.Ecouter le chant de tous les oiseaux de l'aurore au coucher du soleil en distinguant chacun d'eux, écouter battre leur cœur. Il se fait tout petit, car la pie a choisi de pondre dans son nid. Il approche son micro près des œufs verts moirés, ça gigote. Coquille translucide, petit squelette mouvant, becgéant, gros yeux clos.



Il part, le nid survole la cime des arbres. Il pond des haïku pour honorer les oiseaux disparus. On l'aperçoit parfois à la pleine lune. Il nargue Vénus.


Sur l'ile volcan

Le dodo dodu

Eteint


Chevechette

Morte

Toujours


Annonce

Poo-uli masqué

Au revoir


Il reste des jours et des nuits jusqu'au jour où il n'y a plus de place dans le nid et dans la mémoire de son smartphone.

Alors, il part joyeux pour la ville. Son projet va enfin aboutir, faire résonner dans le métro et dans les rues les chants d'oiseaux qui brouilleront les musiques diffusées par les écouteurs des humains.


Ombellifères

Aériennes

Champêtres


Et là; oh catastrophe, des manifestations sont organisées au droit à la liberté d'écouter ce qui est bon pour chacun, selon son bon vouloir.


Libre

La musique

Emportée


Les slogans brutalisent les oreilles de Kasasagi, qui s'éveille, ne sachant plus où il est.


Rêve éveillé

Sauvage

Maintenant


Demain, il part pour le Nord du Japon. Il va voir, comme Kenneth White, l'arrivée migratoire des Cygnes blancs venus de Sibérie.


Un jour

Les cygnes sauvages

Sur l'eau





Michèle FONTE

11 vues1 commentaire
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now