Rechercher

RACONTEZ-MOI... Texte de Maxime BURC


Racontez-moi...

La pluie battait si fort aux carreaux qu’on aurait cru que la maison allait s’écrouler. La peur et la joie se mêlaient au fracas.

Toutes les ailes épousent le vent, comme un voilier qui trace sa route sur une mer déchaînée.

J’ai habité un terrier, un nid de cigogne. Sous une pierre, j’ai vécu comme un orvet.

Personne ne vient ici. Un pas de plus, en bas de l’escalier, et c’est l’oubli. Sous la surface, des carpes, des tanches immobiles dans l’eau noire de l’ancienne prise d’eau pour les locomotives.

Quand le vent rugit, de lourdes vagues se gonflent et viennent se jeter en mille éclats sur les rochers déchiquetés.

Sous la pierre du seuil, le grillon sort de son trou et chante les soirs d’été.

Soulevés par le vent, les choucas crient le long des parois rocheuses.

Cascade de feuilles qu’un léger vent traverse.

Une souris trottine sur le plancher du grenier.

Planche, bâton, rondin préférable à fil de fer.

Il y a préférable à il était.

Enfance.

Toute une journée dans les chemins à chercher des flaques d’eau gelées.

Le bruit de la glace qui craque sous les pas.

Ne comptez pas sur moi pour réparer le monde si c’est pour enlever leur sillage au bateau porteur de blés flamants et de coton anglais.

Maxime BURC

60 vues1 commentaire
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now